Chevrerie de la bade

Chèvrerie Le Sarrat de la Bade

Il était une fois un petit garçon qui avait voulu une chèvre ... Notre histoire pourrait commencer comme celle-ci. En effet, en 2009, notre fils Quentin a eu envie d'une petite chèvre que nous avons achetée à une foire. Cette chevrette prénommée Princesse, a grandi mais toute seule elle s'ennuyait un peu. Nous avons donc acheté une autre chèvre dans un troupeau voisin et notre fille Isaurine l'a appelée Sinelle. Après quelques mois, nous nous sommes aperçu que Sinelle attendait des petits !! Après maintes discussions avec les enfants, nous avons décidé de garder les deux petites chevrettes de Sinelle. L'année d'après, nous avons acheté un petit bouc, Titeuf. ET L'AVENTURE A COMMENCÉ ! Ayant un peu de lait, nous avons eu l'idée d'essayer de fabriquer du fromage de chèvre. Il nous a fallu un an pour mettre au point la bonne recette. Un laboratoire de fabrication fromagère a vu le jour sous les conseils de la technicienne agricole et des services vétérinaires. Aujourd'hui, ce sont Princesse, Sinelle, Sécotine, Châtaigne, Noisette, Verveine, Praline, Fleur, Nougatine, Cannelle, Muscatine, Charbonnette, Écorce, Prunelle, Neige, Cotonnade, Blanquette, Croquande et Titeuf II ... qui gambadent dans la garrigue autour de chez nous, se régalant d'un brin de thym, d'une branche d'amandier, d'un bourgeon de figuier et de tant d'autres choses qui font la saveur de nos fromages. Notre vie a été complètement chamboulée. J'ai démissionné de mon travail pour me consacrer uniquement à cette passion. Une chose est certaine, plus les jours passent et plus je suis contente du choix que j'ai fait.

Chevrier : notre métier, notre passion

Au départ, nous n'étions pas faits pour être chevrier. Nous avons suivi un cursus scolaire classique : bac général études secondaires classiques et situations professionnelles classique : mon mari caviste et moi employée à la banque postale. Rien à voir avec l'agriculture ! Le déclic a eu lieu quand nous avons acheté cette petite biquette à notre fils. C'est le départ de notre reconversion. Cela n'a pas été un long chemin tranquille ! Le plus difficile a été de prendre la décision de démissionner d'un emploi stable pour élever des chèvres !! Au début cela n'a pas toujours été bien perçu. Une fois ce cap passé, tout s'est enchainé : montage des dossiers d'installation JA, demandes de devis, début des travaux, lenteur des travaux, conditions climatiques non favorables retardant les travaux … Et pendant ce temps, assumer tout de même le métier de chevrier. Un an et demi de parcours du combattant !! Mais avec le recul, nous sommes contents de ce qui a été réalisé et ces conditions éprouvantes de départ nous ont permis de comprendre à quoi ressemblerait notre nouvelle vie. Car, il faut savoir que le métier d'éleveur est un métier prenant, difficile, la vie de famille tourne autour de l'élevage. Pas toujours facile de l'expliquer aux enfants !

L'élevage

FRAISSE DES CORBIERES est un tout petit village d'Aude situé dans la région typique des Corbières. C'est une région assez aride où la garrigue  méditerranéenne est dominante. C'est vraiment un pays adapté pour les chèvres.

Les Chèvres

Sans elles, rien de tout cela n'existerait. Elles sont la base de notre exploitation. Nous avons deux races de chèvres : des alpines chamoisées et des Saaneens. Actuellement nous avons un troupeau de 45 chèvres et 2 boucs. Ce sont des races rustiques adaptées au relief assez escarpé de nos garrigues et à la végétation typique de cette région. Pas trop d'herbe verte et tendre mais plutôt des arbustes et des végétaux un peu haut : thym, lin de Narbonne, olivier, figuier, amandier, salsepareille... Au départ, nous n'avions que des alpines mais il était difficile  de les repérer quant elles pâturaient dans les collines. Nous avons donc introduit dans le troupeau des Saaneens car elles sont blanches et on les repère de loin dans le paysage. Nos chèvres pâturent tous les jours pendant quelques heures. Cela varie suivant les saisons.  Lorsqu'elles rentrent à la chèvrerie, elles ont en plus une ration de foin et de luzerne.

La reproduction

La saison propice pour les saillies se situe entre fin aout et fin septembre. Nos boucs sont toute l'année avec nos chèvres, de ce fait les chaleurs sont déclenchées naturellement. Nous n'intervenons en aucun cas dans la programmation des chaleurs. La durée de gestation d'une chèvre est de 5 mois donc elle mettra bas vers le mois de février. Dès le mois de novembre, nous tarissons nos chèvres car elles ont besoin de repos 1 à 2 mois avant les mises bas. Ce qui veut dire qu'a cette période, nous n'avons plus de lait et donc plus de fromages. Ce n'est pas toujours évident pour le consommateur de comprendre que dans le commerce on trouve du fromage toute l'année et chez nous ce n'est pas le cas Mais NOUS, NOUS RESPECTONS LE CYCLE NATUREL DE LA CHEVRE.

La mise bas : une nouvelle saison qui commence.

Une quinzaine de jours avant la mise bas, la chèvres a les mamelles qui gonflent, elle se couche de plus en plus fréquemment. Ce sont des signes annonciateurs de mise bas. Il faut être très attentif car cette période est une des plus importantes et une des plus stressantes dans le métier de chevrier Les chevreaux sont souvent au nombre de 2 mais il arrive qu'il y ait des triplés. En principe, les mises bas se déroulent normalement. Il suffit de surveiller et de frotter les chevreaux avec un peu de paille après la naissance. Mais parfois cela ne se passe pas correctement du fait de la mauvaise position du ou des chevreaux Dans ce cas, il faut intervenir et aider la mère à mettre bas. C'est un moment difficile qui demande beaucoup de patience et de douceur. Après la naissance, il est important que le chevreau tète le colostrum dans l'heure qui suit la naissance.

Le bâtiment d'élevage

Notre chèvrerie est un bâtiment en bois car c'était le matériau qui s'adapte le mieux au paysage. Notre bâtiment n'est jamais fermé ce qui fait que les chèvres peuvent rentrer et sortir quant elles le veulent.

La traite

Une semaine après  les mises bas, nous commençons la traite. En début de saison elle a lieu matin et soir dans la salle de traite qui est attenante à la chèvrerie. Les chèvres montent sur un quai de traite par 8. Pendant qu'elles nous donnent leur lait, nous leur distribuons une ration de céréales. C'est donnant, donnant !! La traite doit s'effectuer dans le calme et dans de bonnes conditions. Au bout de quelques mois de traite, après le pic de lactation, nous passons en mono traite et nous effectuons que la traite du matin. Une chèvre peut produire jusqu'à 3 litres de lait par jour. Par contre, les primipares (les chevrettes de l'année ), ne donne pas tant de lait. Nous effectuons une traite mécanique c'est à dire que nous trayons avec une machine à traire. C'est moins fatiguant et surtout, c'est beaucoup plus hygiénique car le lait n'est pas en contact avec l'extérieur. Une fois la traite effectuée, les chèvres sortent de la salle de traite et partent dans les collines.

Exprimez vous.

Dernières actualités chevrerie-de-la-bade.com.

  1. 30 Mai 2016Nos marchés dans les campings du Languedoc Roussillon755 aff.
  2. 18 Mai 2016La fabrication des savons au lait de chèvre1524 aff.
  3. 18 Mai 2016La fabrication du fromage et des glaces901 aff.